Catalonia voted on
1 October 2017

Chronologie

La chronologie ci-dessous explique comment le pays en est arrivé à ce point. Cela permet de comprendre l’évolution de ce mouvement, dans lequel la société civile catalane pousse les leaders politiques à l’organisation du référendum.

31 octobre 2003

31 octobre 2003

Après 25 ans d’interprétation viciée et d’application erronée du Statut d’autonomie de 1979, les partis politiques proposent de régler définitivement le statut politique de la Catalogne au sein de l’Espagne.

Au cours des élections régionales, les principaux partis politiques catalans proposent de reformer le Statut d’autonomie de 1979 en vue d’accommoder définitivement la Catalogne dans une Espagne plurielle.

16 novembre 2003

16 novembre 2003

Les partis favorables à un nouveau Statut d’autonomie obtiennent 88 % des sièges et des voix aux élections catalanes.

Pendant la campagne, José Luís Rodríguez Zapatero, le dirigeant du Parti socialiste ouvrier espagnol et futur président du gouvernement espagnol, s’engage à soutenir le nouveau Statut proposé par le Parlement de Catalogne.

30 septembre 2005

30 septembre 2005

Le Parlement de Catalogne adopte une proposition de nouveau Statut d’autonomie.

Le Parlement de Catalogne adopte (à une majorité de 120 députés sur 135) et envoie à Madrid la proposition de réforme du Statut d’autonomie de 1979, qui reconnaît la Catalogne comme nation, qui empêche les ingérences de Madrid dans les compétences décentralisées et qui donne un contrôle total à la Catalogne sur un arrangement financier transparent et rationnel. Le texte doit être validé par le Parlement espagnol et ratifié par le peuple catalan par voie de référendum pour entrer en vigueur.

1er février 2006

1er février 2006

Le Parti populaire espagnol commence une campagne contre le nouveau Statut catalan.

Le parti de Mariano Rajoy, alors dans l’opposition, forme un recours contre la loi devant le Tribunal constitutionnel espagnol, lequel, de façon surprenante, juge le recours recevable. Quatre millions de signatures sont recueillies dans tout le reste de l’Espagne contre le Statut catalan.

10 mai 2006

10 mai 2006

Le Parlement espagnol adopte une version « allégée » du nouveau Statut d’autonomie de la Catalogne.

Les deux chambres du Parlement espagnol discutent le texte proposé par le Parlement de Catalogne et l’édulcorent. Le président du gouvernement espagnol Zapatero déçoit beaucoup de Catalans, n’étant pas en mesure de respecter son engagement de faire voter le texte tel que proposé par le Parlement de Catalogne.

18 juin 2006

18 juin 2006

Le nouveau Statut d’autonomie est ratifié par référendum en Catalogne.

Bien que la version du Statut ait été édulcorée, 73,9 % des Catalans ont ratifié le texte. Le nouveau Statut est signé par le roi d’Espagne, Juan Carlos Ier, et il entre en vigueur en tant que loi organique espagnole. Pour la première fois, l’État espagnol reconnaît la Catalogne comme « nation ».

28 juin 2010

28 juin 2010

Quatre ans après son adoption, le Tribunal constitutionnel espagnol réécrit 14 articles du nouveau Statut d’autonomie et en réinterprète 27 autres.

Après quatre années de délibérations, le Tribunal constitutionnel espagnol, à une majorité de 6 contre 4, réécrit et réinterprète 41 articles – dont ceux qui font référence à la langue, à la justice et à la politique fiscale – affaiblissant ainsi l’instrument nécessaire à l’autonomie de la Catalogne. Il supprime aussi la référence à la Catalogne comme une « nation ».

10 juillet 2010

10 juillet 2010

En réponse au Tribunal constitutionnel, une énorme manifestation a lieu à Barcelone, sous le mot d’ordre : « Nous sommes une nation, nous décidons ! ».

Un million de citoyens descendent dans la rue à Barcelone avec un message clair : la relation entre la Catalogne et l’Espagne ne peut pas être décidée à huis clos par dix juges. Les principaux partis politiques espagnols ne proposent pas de solution pour restaurer le Statut d’autonomie tel qu’il avait été négocié par les parlements de Catalogne et d’Espagne et ratifié par le peuple de Catalogne.

20 novembre 2011

20 novembre 2011

Les élections législatives en Espagne donnent une majorité absolue au Parti populaire.

Le programme du nouveau gouvernement est clair : recentralisation des compétences décentralisées et opposition agressive à l’autonomie, la culture et la langue de la Catalogne.

11 septembre 2012

11 septembre 2012

Pendant la Fête nationale de la Catalogne, 1,5 million de personnes participe à la manifestation « Catalogne : prochain État d’Europe ».

Les partis politiques espagnols ne répondant pas aux préoccupations de la société catalane, le mouvement citoyen vire de la défense de l’autonomie de la Catalogne à une position ouvertement indépendantiste.

20 septembre 2012

20 septembre 2012

Un autre « NIET » de Madrid.

Le président Rajoy rejetant toute proposition politique et budgétaire spécifique pour la Catalogne, le président catalan Artur Mas et divers partis politiques catalans se mettent d’accord pour organiser des élections régionales afin de déterminer si la perception des citoyens quant à la question de l’indépendance s’est modifiée de façon conséquente, comme la manifestation de Barcelone semblait le montrer.

25 novembre 2012

25 novembre 2012

Des élections ont lieu en Catalogne : 80 % du Parlement catalan soutient le droit à l’autodétermination.

107 des 135 députés du nouveau Parlement de Catalogne sont d’avis qu’un référendum d’autodétermination est la meilleure façon de déterminer ce que pense la majorité des Catalans de l’indépendance et qu’il s’agit d’une manière efficace de canaliser au travers des institutions le mouvement indépendantiste parti de la base.

13 mars 2013

13 mars 2013

Une large majorité (77 %) des députés du Parlement de Catalogne approuvent la demande du président catalan de négocier avec le gouvernement espagnol la tenue d’un référendum d’autodétermination en Catalogne.

La résolution est votée par 104 députés sur 135 : le parti au pouvoir ainsi que quatre autres partis de l’opposition votent pour. Seuls deux partis rejettent la proposition (PP et C’s).

11 septembre 2013

11 septembre 2013

Environ deux millions de Catalans se donnent la main pour former une chaine humaine de 400 km du nord au sud de la Catalogne en faveur de l’indépendance.

L’Assemblée nationale catalane organise cette manifestation en s’inspirant de la Voie balte de 1989. D’autres chaînes humaines plus petites sont organisées dans le monde.

16 janvier 2014

16 janvier 2014

Le Parlement de Catalogne demande solennellement au gouvernement espagnol de lui transférer les compétences nécessaires à la tenue du référendum (comme Londres l’a fait avec l’Écosse).

Comme au Royaume Uni, le Parlement catalan demande au gouvernement espagnol le transfert des compétences nécessaires pour tenir un référendum. Ce vote a été demandé par les institutions catalanes pas moins de 18 fois.

8 avril 2014

8 avril 2014

Le Parlement espagnol vote contre le transfert des compétences à la Catalogne.

Les deux plus grands partis espagnols (PP et PSOE) font le même choix et votent «non». 86 % du Parlement espagnol vote contre, et seulement 13,5 % pour.

11 septembre 2014

11 septembre 2014

1,8 million de personnes célèbre dans les rues de Barcelone la Fête nationale de la Catalogne et demande de voter le 9 novembre.

Sur 11 km, les participants forment une mosaïque géante en forme de V, pour «Voter», aux couleurs du drapeau catalan.

19 septembre 2014

19 septembre 2014

Le Parlement de Catalogne adopte la loi sur les consultations populaires non-contraignantes avec le vote favorable de 79 % des députés.

Puisque les référendums ne peuvent être organisés que par le gouvernement central et que celui-ci refuse de le faire, le Parlement de Catalogne vote une loi régionale par laquelle le gouvernement régional pourrait organiser un vote moins formel, une « consultation populaire ».

27 septembre 2014

27 septembre 2014

Le Président catalan, Artur Mas, signe le décret convoquant la consultation populaire le 9 novembre.

Les citoyens catalans peuvent voter pour le statu quo, pour un nouvel arrangement avec l’Espagne (en cas de proposition en ce sens de la part de Madrid) ou pour l’indépendance. Les étrangers inscrits et les jeunes entre 16 et 18 ans peuvent également voter.

29 septembre 2014

29 septembre 2014

Le gouvernement espagnol demande au Tribunal constitutionnel espagnol de suspendre temporairement la consultation populaire en Catalogne.

Dans une réunion plénière exceptionnelle convoquée en urgence, le Tribunal constitutionnel accepte le recours du gouvernement espagnol et décide de suspendre temporairement la loi sur les consultations non-contraignantes et le décret de convocation du vote du 9 novembre.

4 octobre 2014

4 octobre 2014

97 % des communes de Catalogne (920 sur 947) adoptent des résolutions favorables à la consultation populaire.

Les maires de ces communes se réunissent au siège du gouvernement catalan à Barcelone pour manifester leur soutien et leur engagement concernant la consultation du 9 novembre.

14 octobre 2014

14 octobre 2014

En raison de la suspension par le Tribunal constitutionnel de la consultation initialement prévue, le président catalan Artur Mas annonce un nouveau vote sous la forme d’un « processus de participation publique ».

Dès lors que la consultation populaire est interdite, le plan B consiste à organiser un « processus de participation publique », un instrument légal prévu par le Statut d’autonomie permettant aux citoyens d’exprimer leur opinion sur les affaires publiques, qui peut être mis en œuvre par un vote.

4 novembre 2014

4 novembre 2014

Le Tribunal constitutionnel espagnol suspend le processus de participation publique cinq jours avant la date du vote.

Le Tribunal constitutionnel ayant bloqué toutes les possibilités de demander officiellement aux citoyens leur opinion, le gouvernement catalan décide de proposer à diverses organisations non gouvernementales de prendre la responsabilité d’organiser cet exercice démocratique.

9 novembre 2014

9 novembre 2014

Malgré les entraves du gouvernement espagnol et des instances judiciaires de l’État, plus de 2,3 millions de Catalans votent lors du processus de participation : 80,76 % en faveur de l’indépendance, 10,07% en faveur d’une troisième voie et 4,54 % en faveur du statu quo.

L’exercice du vote est possible grâce à la mobilisation de 30 000 bénévoles. Les observateurs internationaux le qualifient de vote réussi dans des circonstances difficiles et le président catalan Artur Mas considère que c’est le dernier pas avant un vote définitif.

12 novembre 2014

12 novembre 2014

Trois jours après le vote du 9 novembre, le premier ministre espagnol Mariano Rajoy fait une déclaration publique. Il affirme que « ce n’était pas un vote démocratique mais un acte de propagande politique et une farce inutile ».

Il considère aussi que le vote du 9 novembre est un « échec du projet indépendantiste car les deux tiers des électeurs potentiels n’y ont pas participé».

21 novembre 2014

21 novembre 2014

Le procureur général de l’État engage des poursuites pénales contre le président Artur Mas, la vice-présidente catalane et la ministre catalane de l’Éducation pour ne pas avoir arrêté le vote du 9 novembre.

Les trois élus catalans sont accusés de désobéissance, malversation, abus de pouvoir et usurpation de fonctions. Ils peuvent être jugés, suspendus et emprisonnés pour ne pas avoir arrêté l’exercice démocratique.

25 novembre 2014

25 novembre 2014

Le président Artur Mas défend le droit des Catalans à organiser un vote contraignant sur l’indépendance.

Il se dit prêt à convoquer des élections régionales anticipées qui deviendraient un plébiscite de facto sur l’indépendance si le gouvernement espagnol continue de bloquer toute alternative.

29 novembre 2014

29 novembre 2014

Le Premier ministre espagnol Mariano Rajoy visite Barcelone pour la première fois depuis le vote du 9 novembre et critique fortement le plan d’autodétermination de la Catalogne lors d’une convention du Parti populaire.

Rajoy ignore la proposition de réunion faite par le président catalan, et réaffirme son engagement à parler de tout sauf de « l’unité de l’Espagne ».

14 janvier 2015

14 janvier 2015

La Catalogne tiendra un référendum d’indépendance de facto par le biais d’élections régionales anticipées le 27 septembre.

L’annonce fait suite à un accord entre les deux principaux partis indépendantistes (CiU et ERC) et les représentants des principales associations de la société civile favorables à l’autodétermination. Le gouvernement espagnol a bloqué jusqu’alors toute alternative permettant de voter spécifiquement sur l’indépendance.

3 août 2015

3 août 2015

Le président catalan annonce officiellement des élections pour le 27 septembre.

Bien que le président Mas admette que des élections législatives ne sont pas la meilleure façon de demander l’avis des citoyens sur l’indépendance, il estime que c’est la seule possibilité pour qu’ils expriment leur position dans un vote légal (ce vote ne pouvant être bloqué par les institutions espagnoles qu’en suspendant l’autonomie de la Catalogne).

11 septembre 2015

11 septembre 2015

Près de deux millions de personnes descendent dans la rue pour manifester en faveur de l’indépendance.

Une nouvelle manifestation massive a lieu à Barcelone, quelques semaines avant les élections.

27 septembre 2015

27 septembre 2015

Avec une participation record de 77,44 %, les forces indépendantistes gagnent à la majorité absolue les élections au Parlement de Catalogne, en obtenant 72 des 135 sièges.

Les résultats donnent au Parlement un mandat pour avancer vers un État catalan indépendant. 47,8 % des électeurs ont donné leur soutien aux partis indépendantistes et 39,17 % des voix se sont portées sur les listes électorales unionistes. 13 % des électeurs ont choisi des partis favorables au droit d’autodétermination sans position claire quant à l’indépendance.

10 janvier 2016

10 janvier 2016

Carles Puigdemont élu 130e président de la Catalogne par 70 députés sur 135.

Le président sortant, Artur Mas, cède la place afin de faciliter la constitution d’un gouvernement indépendantiste. Le nouveau gouvernement catalan s’engage à conduire la Catalogne vers l’indépendance en un an et demi.

11 septembre 2016

11 septembre 2016

Un million de personnes demandent l’indépendance dans cinq villes lors de la Fête nationale de Catalogne.

C’est la cinquième année consécutive que d’énormes démonstrations pacifiques ont lieu. Comme par le passé, il n’y a pas de réponse politique du gouvernement espagnol, qui continue à ignorer la demande d’un référendum convenu et contraignant.

13 novembre 2016

13 novembre 2016

80 000 personnes descendent dans la rue pour défendre les institutions catalanes contre l’utilisation des tribunaux pour freiner le processus d’autodétermination.

Plus de 400 élus font l’objet de poursuites judiciaires pour des raisons politiques, y compris la présidente du Parlement de la Catalogne, Carme Forcadell, et l’ancien président de la Catalogne, Artur Mas.

13 mars 2017

13 mars 2017

L’ancien président Artur Mas, condamné à deux ans d’inéligibilité pour le vote symbolique sur l’indépendance de 2014.

Il y a plus de 400 cas de poursuites judiciaires liées au processus d’indépendance en Catalogne.

22 mai 2017

22 mai 2017

Le gouvernement catalan tient une conférence à Madrid pour continuer à défendre un accord sur le référendum

Moins de 24 heures après, M. Rajoy répond à la Catalogne, avec le consentement du PSOE : il n’y aura pas de négociation sur le  référendum.

9 juin 2017

9 juin 2017

Le président catalan annonce la date du référendum pour le 1er octobre 2017

Le peuple catalan est appelé à répondre à la question « Voulez-vous que la Catalogne soit un état indépendant sous la forme d’une République » ?

6 septembre 2017

6 septembre 2017

La loi relative au référendum, adoptée par le Parlement de Catalogne, fournit un cadre légal pour le référendum du 1er octobre.

Tous les ministres catalans signent le décret qui convoque officiellement les citoyens pour exprimer leur opinion sur l’indépendance de la Catalogne dans un vote contraignant.

11 septembre 2017

11 septembre 2017

Un million de personnes soutiennent le référendum sur l’autodétermination du 1er octobre dans les rues de Barcelone.

Rajoy ignore cette revendication massive, tandis que le procureur général de l’Etat cite à comparaître plus de 700 maires catalans et menace de les faire arrêter s’ils collaborent au référendum.

20 septembre 2017

20 septembre 2017

La Guardia Civil (gendarmerie espagnole) fait irruption dans les locaux du gouvernement catalan et arrête 12 hauts responsables dans une grande opération anti-référendum.

Le procureur général de l’Etat ordonne à la police de confisquer les urnes et le matériel de vote parce que la Cour constitutionnelle espagnole a déclaré illégal le référendum du 1er octobre.

1er octobre 2017

1er octobre 2017

Le «oui» à l’indépendance l’emporte avec 90% des suffrages exprimés lors du référendum.

La police espagnole et la Guardia Civil confisquent des urnes et leur intervention violente fait 894 blessés.

3 octobre 2017

3 octobre 2017

Grève générale en Catalogne pour le référendum et contre la violence policière.

Le porte-parole du Partido Popular qualifie la grève et les protestations de « nazies ».

10 octobre 2017

10 octobre 2017

Les partis indépendantistes signent une déclaration d’indépendance au Parlement de Catalogne.

Le président Puigdemont suspend temporairement les effets de la déclaration afin de laisser du temps à la médiation internationale et à une solution négociée.


Souscrivez vous à notre Newsletter


Réseaux sociaux